Interdiction du commerce de l’ivoire en Chine

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this pageEmail this to someone

Une bonne nouvelle pour finir l’année : le 31 décembre 2017 marquera la fin du commerce légal d’ivoire en Chine. Les stocks jusqu’ici légaux s’écoulent et le prix de l’ivoire a chuté. Si l’on peut se réjouir de cette interdiction historique, la vigilance reste de mise: le commerce illégal restera suffisamment lucratif pour faire perdurer le braconnage.

De plus, l’interdiction ne s’applique pas encore à Hong-Kong, et les ventes d’ivoire explosent déjà au Laos, voisin de la Chine. Tout comme pour la fourrure, le commerce de l’ivoire est un sujet global qui doit être traité à cette échelle. Le commerce international de l’ivoire doit être interdit.

Il y a 20 ans, la LFDA menait déjà une campagne « Pour les éléphants », lancée par une publication dans Libération du 13 décembre 1997, précédée par une publication dans Le Monde du 7 juin 1997 sous le titre « Un monde avec des éléphants ». Cette campagne faisait suite à la décision de la CITES de déclasser les éléphants du Botswana, de la Namibie et du Zimbabwe, et de les inscrire en son Annexe II (c’est-à-dire d’en autoriser le commerce international, avec les conséquences désastreuses que l’on connait…).

Dossier "Pour les éléphants"La LFDA s’associa à la Fondation 30 millions d’amis et le ROC (Ligue pour la préservation de la faune sauvage) pour lancer une pétition et un dossier « Pour les éléphants », adressé aux 151 pays membres de la CITES.

Les demandes étaient les suivantes :

  • Sensibiliser l’opinion publique sur la dramatique recrudescence du braconnage depuis la réouverture du commerce de l’ivoire en 1997, en soutenant l’idée qu’un éléphant vivant rapporte plus qu’un éléphant mort.
  • Prouver que « l’utilisation durable » des parties ou produits de l’éléphant mise en avant par les pays d’Afrique australe mène inévitablement à l’extinction de l’espèce.
  • Obtenir en conséquence l’arrêt immédiat du commerce international de l’ivoire par un classement en Annexe 1 de la CITES de toutes les populations d’éléphants d’Afrique.
  • Démontrer qu’il est possible de réinvestir les revenus de l’ivoire dans la conservation des éléphants tout en interdisant son commerce international.

Le combat continue.

En lire plus :
China ban on ivory sales begins Sunday, aims to curb elephant poaching
Ivory sales in China finally end this month. But elephants aren’t yet safe.
Télécharger le document « Pour les éléphants » (octobre 2002)

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this pageEmail this to someone

ACTUALITÉS