Quelles réponses apportées par les candidates et candidats à l’élection présidentielle aux 3 questions fondamentales posées par la LFDA au sujet de la condition animale ?

Constatant que la condition animale était encore absente de la campagne présidentielle, notre Fondation Ligue française des droits de l’animal, autour de laquelle se sont unies six autres organisations, le Conseil National de la Protection Animale, la Fondation Assistance aux Animaux, la Fondation 30 Millions d’Amis, la Ligue pour la Protection des oiseaux, l’Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs, la Société Protectrice des Animaux nationale, a interpellé les 12 candidates et candidats à l’élection présidentielle sur la condition animale.

Trois domaines fondamentaux, dans lesquels l’influence du Chef de l’État peut être déterminante pour améliorer réellement l’immédiat et pour le futur, ont été retenus : le droit, le contrôle de l’application de la réglementation, et l’enseignement.

La Ligue française des droits de l’animal et les six autres organisations de défense des animaux, qui se sont unies à elle, ont transmis par courrier recommandé simultanément aux 12 candidats officialisés un document (Pdf à téléchargerprésentant les argumentations et les propositions justifiant les 3 questions qui leur étaient posées, à savoir si, élu(e) à la magistrature suprême, il (elle) engagerait son   gouvernement à:

  • réformer le droit en instaurant un nouveau régime juridique pour les animaux (qu’ils soient sauvages ou domestiqués), fondé sur leur nature d’être sensible (à la douleur), tant au niveau du code civil que du code de l’environnement?
  • réformer et renforcer le contrôle en instituant une Haute Autorité, œuvrant de manière transversale et indépendante dans l’expertise de la condition animale et le contrôle de l’application de l’ensemble des réglementations, (quels que soient les ministères qui les mettent en œuvre)?
  • réorienter l’enseignement  en instaurant dans les programmes une éducation civique au respect des animaux et de la nature dès l’école primaire et en la complétant dans tout enseignement supérieur par une formation  éthique, juridique et scientifique sur la vie des animaux, leur environnement et les relations que l’espèce humaines entretient avec eux?

Il avait été demandé aux candidats de bien vouloir adresser leurs réponses et commentaires dans un délai suffisamment rapide pour qu’ils soient rendus publics avant le 20 avril. Les 12 candidats avaient accusé réception du courrier commun des sept organisations entre le 19 mars et le 23 mars.

Voici l’intégralité des réponses dans l’ordre où elles ont été reçues à ce jour. (Pdf à télécharger)

Les sept organisations avaient rappelé aux candidats que les résultats convergents de plusieurs enquêtes d’opinions menées durant les trois dernières années par la Commission européenne montrent que, dans l’Union, nos concitoyens sont parmi les plus favorables au respect de l’animal comme à la préservation de la biodiversité. Elles ont également souligné que leurs adhérents représentent quelques centaines de milliers d’électeurs pour qui la cause animale, s’inscrivant dans le respect du vivant, est suffisamment importante pour influer sur leur vote.

La Fondation LFDA, pilote de cette action, a fait le choix de questionner les candidats et candidates à la Présidence de la République exclusivement sur ces trois grandes orientations qu’elle estime déterminantes, plutôt que de rejoindre d’autres manifestes, élaborés par d’autres groupes associatifs, interpellant les candidats sur un catalogue de plusieurs dizaines de propositions relevant du pouvoir législatif ou réglementaire voire même du pouvoir municipal.

Ce n’est  qu’à l’occasion des élections législatives et municipales que la Fondation LFDA et les organisations qui s’uniront à elle, proposeront d’interpeller à leur tour les  candidats à la députation, puis les candidats aux responsabilités territoriales, sur une dizaine de propositions plus spécifiques qui contribueraient à réduire notablement les atteintes  au bien- être  et à la biodiversité des animaux domestiques et sauvages  dans chacun des secteurs où ils sont utilisés : recherche scientifique, alimentation, spectacles, loisirs et compagnie.

 

Loader Loading...
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

Download [0.96 MB]

ACTUALITÉS