Compte-rendu d’activités 2006

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this pageEmail this to someone

SAR le prince Henrick de Danemark

La LFDA obtient le soutien de SAR le Prince Henrik de Danemark (photo ci-contre) et du Pr Pascal Picq, anthropologue au Collège de France qui acceptent d’être membres du Comité d’honneur de la Fondation.

 

La Fondation LFDA recrute un directeur, Thierry Auffret Van Der Kemp biologiste, ingénieur de recherche, ancien secrétaire général adjoint de la LFDA de 1978 à 1995.

La LFDA crée un comité de consultants chargés d’apporter bénévolement à la Fondation leur expertise professionnelle dans des domaines particuliers tels que la communication institutionnelle, les relations avec la presse et les médias, les relations avec les associations culturelles de fonctionnaires.

Le président de la LFDA est nommé conseiller du Centre de hautes études sur l’éthique et les animaux de l’université d’Oxford.

Georges Chapouthier et Alain Collenot, administrateurs de la LFDA sont nommés membres du Comité national de réflexion éthique sur l’expérimentation animale.

La LFDA publie le premier livret « Le gavage des palmipèdes et le foie gras » d’une nouvelle collection « Le bien-être animal en 10×10 fois dix questions » et le diffuse à l’ensemble des centres de documentations pédagogiques régionaux et départementaux ainsi qu’à toutes les bibliothèques et médiathèques des villes de France.

La LFDA coédite avec les éditions Connaissances et Savoirs, son nouvel ouvrage « Humanité, animalité : quelles frontières ? » qui rassemble sous forme actualisée et complétée les communications présentées lors des colloques organisés par la Fondation sur ce thème en 2003, 2004 et 2005. 

La LFDA crée son affiche institutionnelle « Des droits pour l’animal ? », diffusée à l’ensemble des cabinets vétérinaires et des études notariales des départements du Midi et de la région parisienne.

La LFDA, à la suite d’une visite officielle au jardin animalier de Monaco, obtient le transfert de deux panthères tachetées, souffrant de mauvaises conditions de détention, dans des espaces mieux adaptés du refuge de l’Arche à Château-Gontier.

La LFDA déclenche des contrôles de la Direction départementale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes des Alpes maritimes sur les ventes d’articles de fourrures suspectes sur les marchés de ce département.

Par son intervention auprès du Président de la République, du ministre de l’Outre-mer et du député Lionnel Lucas, la LFDA contribue à obtenir que l’autorisation de réalisation d’un projet de mine d’or à ciel ouvert de la société Cambior, menaçant la biodiversité de l’écosystème forestier de Guyane française, ne soit finalement pas accordée par les pouvoirs publics. 

En intervenant auprès du ministre de l’écologie et du développement durable, elle contribue à obtenir que la demande des fédérations de chasse de Savoie et de Haute Savoie de déclasser le Bouquetin des Alpes de la liste des espèces totalement protégées soit rejetée et que le statut de protection juridique de cette espèce soit prolongé au moins jusqu’en 2015.

La LFDA, en s’appuyant sur une argumentation éthique et économique très documentée, demande aux directions de la qualité des 5 grandes chaînes de distribution françaises de produits agroalimentaires de créer conjointement avec les producteurs de viande, de volailles et de produits d’origine animale, un label Bien-être animal. Ce label serait destiné à informer clairement les consommateurs du niveau de bien-être assuré aux animaux durant leur élevage et leur transport et des conditions de leur abatage.  Cette demande a fait l’objet d’un très large écho dans la presse et les sites Internet d’actualités agricoles.

Le président de la LFDA est coopté comme conseiller du Centre de hautes études sur l’éthique et les animaux de l’Université d’Oxford.

La LFDA apporte sa collaboration et son soutien à plusieurs actions inter associatives.

La Ligue luxembourgeoise des droits de l’animal accorde son soutien à la LFDA pour faire amender par le Luxembourg, état membre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine immatériel culturel de l’UNESCO, l’article 2 de cette Convention, afin que seul soit pris en considération le patrimoine immatériel respectant les milieux naturels et le bien-être des animaux.

Elle apporte sa collaboration et son soutien au RAC dans l’édition et la diffusion de l’ouvrage, Pourquoi certaines espèces animales sont classées « nuisibles » ?

Elle obtient avec l’AFIPA que « La Redoute » retire de son catalogue de ventes 2007 tous articles de fourrure. 

Elle collabore activement au côté de l’OABA au groupe de travail «  Attitude envers le monde animal » dont le rapport fait l’objet d’une communication au 1er colloque national Éthique et Pandémie grippale organisé au ministère de la santé  par le délégué interministériel à la Lutte contre la grippe aviaire.

La LFDA collabore avec la PMAF, la Fondation Brigitte Bardot, la SPA, l’OABA et le SNDA à la conception et la coédition et à la diffusion d’une carte postale interpelant le ministre de l’agriculture sur son opposition à la limitation des densités de poulets par cage d’élevage en batterie proposée par le Comité scientifique de la santé et du bien-être des animaux mandaté par la Commission européenne.

Le Président de la LFDA participe en direct à l’émission de Jacques Pradel, L’animal à la une sur France Inter, et le directeur participe en direct à une émission de France culture sur le thème « Qu’est-ce qui distingue l’homme de l’animal ? »

Le secrétaire et assistant de communication de la LFDA présente à une classe de collégiens une conférence sur le thème des nouveaux animaux de compagnie et une animation pour 9 classes du primaire autour d’une  exposition consacrée aux cétacés et aux menaces qui pèsent sur leurs espèces. 

Enfin, la LFDA  contribue à la création au sein de l’Institut des  sciences politiques d’une association « Tribune pour l’animal », destinée notamment à organiser des cycles de conférences pluridisciplinaires de sensibilisation  les étudiants de Sciences-Po aux aspects éthiques, juridiques et scientifiques de la condition animale.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this pageEmail this to someone

ACTUALITÉS