Les ONG contre les longs transports d’animaux vivants

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this pageEmail this to someone

Ce mercredi 13 septembre a lieu la 2e journée internationale de mobilisation contre les longs transports d’animaux vivants. Source de stress, le transport d’animaux vivants devient d’autant plus pénible pour eux que le transport dure longtemps, surtout en période de chaleur et s’ils n’ont pas accès à de l’eau, de la nourriture, et des soins appropriés. À la faim, la soif et l’inconfort s’ajoutent la fatigue et la douleur.

Stop aux transports d’animaux vivants

Plusieurs ONG dont la LFDA demandent depuis des décennies que le transport d’animaux vivants sur de longues distances soit remplacé par le transport de carcasses. Néanmoins, pour des raisons économiques ou de marketing, ce type de transports persiste :

  • préférence de l’importateur pour une viande « fraîche »
  • main d’œuvre moins chère pour faire naître certains animaux (poussins acheminés d’Asie vers l’Europe par voie aérienne)
  • coût moins important du transport d’animaux vivants plutôt que des carcasses pour certains pays
  • spécialisation d’autres pays pour la finition de l’élevage (bovins français vendus à l’Espagne, l’Italie…)
  • importation de type « génétique » (animaux reproducteurs de valeur)
  • etc.

Quelques chiffres…

〉〉 L’export de bovins vivants concerne plus de 10 millions d’individus dans le monde chaque année, dont 4 millions en Europe (près de 1,3 million rien qu’en France).

〉〉 15,7 millions d’ovins sont concernés chaque année dans le monde, dont 3,3 millions en Europe.

 

〉〉 37 millions de porcs sont exportés vivants dans le monde chaque année, dont 29 millions rien qu’en Europe.

(cliquez sur les images pour les agrandir)

Réglementation

Le transport des animaux vertébrés vivants est encadré par le règlement européen (CE) n° 1/2005. Il prévoit que des dispositions soient prises pour limiter la durée du voyage et répondre aux besoins des animaux (y compris eau, nourriture et périodes de repos), que les moyens de transports et les équipements ne causent pas de blessures ou de souffrance aux animaux, que le personnel en contact avec les animaux possède la formation requise et que des contrôles fréquents aient lieu.

Deux types de transport sont définis selon les durées et les destinations des animaux :
→ les transports de courte durée : < 8 h avec dérogation jusqu’à 12 h pour des transports sur le territoire national.
→ les transports de longue durée : > 8 h avec franchissement d’une frontière ou > 12 h sur le territoire national. Des dispositions particulières existent alors pour ces transports, sans pour autant limiter la durée maximale de transport des animaux !

Export et scandales

Le commerce avec des pays tiers est très problématique en particulier car le passage des frontières hors Union européenne pose problème. L’année dernière, des scandales sur les conditions d’attente des animaux dans les camions de transport à la frontière turque ont été révélés par les ONG AWF|TSB et Eyes on Animals en collaboration avec CIWF. De plus, les animaux sont abattus hors de l’UE sans aucune norme pour les protéger, ou selon des standards très éloignés de ceux de l’UE, qui possède une réglementation des plus protectrices pour les animaux (lorsqu’elles sont effectivement appliquées).

Récemment, une nouvelle vidéo de ces ONG a encore montré à quel point le transport des animaux vivants sur de longues distances n’est pas compatible avec le respect des animaux. L’enquête concerne cette fois la voie maritime et expose des scènes épouvantables de souffrance. Les exports européens par cette voie se font dans l’irrespect total du règlement (CE) 1/2005 : les navires – « poubelles » – ne possèdent pas de personnel habilité à prendre soin des animaux et ceux-ci peuvent subir ces conditions de détention indignes pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines. C’est inadmissible.

Attention ! Cette vidéo contient des images explicites de souffrance animale pouvant choquer les personnes non averties :

Les ONG se mobilisent donc le 13 septembre pour sensibiliser le public au sujet du transport long des animaux vivants et pour faire remonter leurs demandes aux autorités afin qu’a minima, la réglementation européenne soit appliquée ainsi qu’il est prévu, notamment lors du transport maritime.

À terme, les ONG souhaitent :

  • l’interdiction des longs transports d’animaux vivants, à commencer par les exports vers les pays tiers qui n’ont pas le même niveau de protection animale que l’UE,
  • la limitation absolue du transport (8 heures à l’exception des volailles pour lesquelles la limite de 4 heures devrait être respectée).

Agir

Signez la pétition à l’attention de M. Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Écrivez aux eurodéputés de votre pays pour leur demander de soutenir les demandes des ONG.

Partagez sur les réseaux sociaux les informations et vos actions sur les longs transports d’animaux vivants.

Téléchargez et distribuez ce flyer :

En savoir plus

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this pageEmail this to someone

ACTUALITÉS