Compte-rendu d’activités 2017

La revue de la Fondation a totalisé 156 pages pour ses 4 numéros, soit 79 articles. Chaque revue a été diffusée à environ 1300 exemplaires papiers et 60 en format informatique.

L’année 2017 a été marquée par le 40 e anniversaire de la création de la LFDA. À cette occasion, la LFDA a élaboré une exposition ayant pour thème « L’animal aujourd’hui : que savons-nous de lui ? ». Composée de 20 panneaux, elle a pour objectif d’exposer de façon claire et rigoureuse les enjeux liés à la condition animale : les concepts de sensibilité et d’intelligence, la biodiversité, l’élevage, les spectacles d’animaux… L’exposition a été inaugurée à la mairie du 5e arrondissement de Paris du 28 août au 2 septembre. Itinérante, elle a ensuite été présentée à l’École vétérinaire de Lyon mi-octobre, à l’université de Strasbourg du 8 au 10 novembre et à l’école d’ingénieur agronome de Nancy ENSAIA fin novembre.

Cet anniversaire a été l’occasion de rénover le site internet de la Fondation, mis en ligne en août, et de créer une plaquette de présentation de la Fondation. Avec l’aide bénévole d’une ancienne collaboratrice du président, directrice de communication, la LFDA poursuit la mise en œuvre de son plan de communication, comprenant conception de documents nouveaux, modernisation des anciens supports et présence sur les réseaux sociaux.

À la suite d’un recours devant le Conseil d’État menaçant l’arrêté « delphinarium » signé par la ministre Ségolène Royal en mai, la Fondation, en collaboration avec les associations C’est Assez ! et l’ASPAS, ont mis en commun leurs ressources pour financer un avocat au Conseil afin de défendre le texte attaqué par les professionnels des delphinariums métropolitains.

La Fondation a participé à plusieurs évènements, manifestations ou enseignements, notamment lors du colloque interdisciplinaire « Les études animales sont-elles bonnes à penser ? » qui s’est déroulé à Strasbourg du 8 au 10 novembre, et a été coorganisé par Cédric Sueur, membre du comité scientifique de la LFDA. Georges Chapouthier, administrateur, et Astrid Guillaume, membre du comité scientifique, sont également intervenus.

Le 5 décembre, la LFDA a organisé la 11 e remise du Prix de biologie Alfred Kastler à la mairie du 5 e arrondissement de Paris. Le Prix (4 000 €) a été décerné à trois chercheurs de l’INRA de Jouy-en-Josas : Mohammed Moudjou, Jérôme Chapuis et Vincent Béringue, pour leurs travaux sur les maladies neurodégénératives, en particulier sur le développement d’une méthode reproduisant in vitro la propagation du prion. Cette méthode évite l’utilisation d’animaux vivants.

La LFDA a accueilli deux volontaires en service civiques et trois stagiaires (en droit et en agronomie).

Membre de Francopa, plateforme nationale de promotions des méthodes alternatives, la LFDA a continué à participer aux réunions du comité directeur, représentée par le Dr vét. H.-M. Baudet (membre du comité scientifique de la LFDA).

Participation (S. Hild) à huit réunions du « comité d’experts bien-être animal » du CNOPSAV (Conseil national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale) au ministère de l’Agriculture.

Participation au titre d’experts de C. Sueur et E. Estrangin (membres du comité scientifique de la LFDA) aux réunions de la Commission nationale de l’expérimentation animale : validations des formations réglementaires des personnels, conception d’un guide pour ces validations.

quatre réunions ont eu lieu auxquelles ont participé le Dr vét. M. Baussier, administrateur – titulaire (deux fois) et le Dr sc. S. Hild, directrice – suppléante (deux fois).

Eurogroup : quatre réunions ont eu lieu à Bruxelles dans les groupes de travail : animaux sauvages, animaux de production et expérimentation animale. La directrice s’est rendue à l’assemblée générale les 21 et 22 juin.

AnimalPolitique : en préparation des élections présidentielles et législatives, la Fondation a pris part à plusieurs réunions stratégiques pour obtenir des réponses des candidats aux 30 questions du manifeste publié en 2016. Notamment, la directrice a rencontré, avec CIWF, le député Philippe Noguès, conseiller du candidat Benoît Hamon.

Plusieurs lettres et tribunes interassociatives ont été cosignées par la Fondation, notamment en janvier une tribune dans Libération pour soutenir la loi Falorni sur les abattoirs, en août une déclaration sur les animaux dans les cirques, en décembre une lettre adressée au ministre Nicolas Hulot pour interdire les animaux dans les cirques et une autre adressée au président Emmanuel Macron pour interdire l’élevage de poules en cage.

Une lettre cosignée par la LFDA, CIWF, l’OABA et WELFARM a été envoyée au ministre de l’Agriculture en février pour l’interpeler sur les conditions de mise en œuvre du Centre national de référence bien-être animal ; nos quatre ONG ont pu rencontrer la conseillère chargée de la sécurité sanitaire le 14 mars et exposer nos inquiétudes.

La Fondation, via son administrateur A. Grépinet, a pris part à une conférence de presse organisée en février par le député Noguès et CIWF pour défendre une PPL sur les transports d’animaux vivants ; la Fondation a également participé à la journée internationale contre le transport longue durée d’animaux vivants le 13 septembre.

LIT OUESTEREL (Laboratoire d’Innovation Territorial – Ouest Territoire d’Élevage) : la directrice a participé à deux conférences qui ont eu lieu le 6 juin et le 10 novembre avec pour objectif de réunir toutes les parties prenantes du bien-être des animaux de production (éleveurs, chercheurs, ONG…) pour améliorer les pratiques en élevage.

Des réunions dans le cadre de concertations confidentielles ont eu lieu : 8 avec des interprofessions de l’élevage, 11 pour la préparation d’un étiquetage « Bien-être animal ».

La LFDA, CIWF et l’OABA ont rencontré le PDG de l’INRA Philippe Mauguin pour parler de bien-être animal et d’étiquetage le 21 avril.

ACTUALITÉS