Focus sur les infractions constatées et médiatisées autour des conditions d’abattage

La fin de l’année 2015 a été marquée par de nouveaux séismes médiatiques agitant les filières viandes et poussant onze organismes de protection animale dont la LFDA à s’unir dans un courrier adressé au ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, le 26 octobre 2015. Cette lettre est reprise dans son intégralité dans l’article «Onze organisations de protection animale interpellent Stéphane Le Foll», publié le 27 octobre 2015 par le Point vétérinaire [1] et téléchargeable ici.

Ce courrier a pour objectif de dénoncer les violations, trop souvent constatées, des textes nationaux et européens encadrant l’abattage des animaux comme dispose l’article 3, Chapitre II, de la réglementation CE n°1099/2009 [A« Toute douleur, détresse ou souffrance évitable est épargnée aux animaux lors de la mise à mort et des opérations annexes »

 Cette lettre est la conséquence de la parution de quatre documents démontrant de façon précise les infractions récurrentes lors de la mise à mort des animaux de boucherie. Tout d’abord la parution le 7 septembre d’un rapport d’audit réalisé en avril 2015 par l’Office alimentaire et vétérinaire (OAV) ; le rapport « Derrière les portes des abattoirs de France » publié en 2009 par l’association One Voice [3] et enfin les images des caméras cachées de l’abattoir d’Alès et du Vigan, rendues publiques par l’association L214 en octobre 2015 et février 2016. Même si ces images parlent d’elles même, mettant en évidence des scènes de cruauté envers l’animal, leur méthode d’obtention et leurs finalités peuvent, elles, être discutées… 

 L’ensemble des images et rapports fait état de procédures de contrôles insuffisantes et inadaptées avec notamment des lacunes lorsqu’il est question de contrôler la perte des signes de conscience après l’étourdissement de l’animal. Le rapport de l’OAV fait également état, malgré les constatations d’infraction, d’un manque de poursuites pénales. Aucune n’a été lancée sur la période 2013 – 2015. Même si l’abattoir d’Alès, érigé comme symbole des maltraitances infligées aux animaux dans les abattoirs, a été fermé mi-octobre, il est à ce jour à nouveau ouvert [4]. En ce qui concerne l’abattoir du Vigan, c’est cette fois l’abattage sous label « Agriculture biologique » qui est visé, l’objectif étant de montrer qu’il n’y a pas de « viande heureuse », quel que soit le mode d’élevage des animaux.
« Le temps des promesses et des discours semble révolu, des actes forts sont désormais attendus » avance la revue « Vétitude » [2].

C’est pourquoi, si les mesures urgentes pour mettre fin aux infractions ne sont pas mises en place, d’ici à la fin de l’année 2015, les associations de protection animale (OABA, CIWF, Welfarm, Fondation 30 millions d’amis, Fondation Brigitte Bardot, SPA, L214…) menacent de déposer une plainte officielle auprès de la Commission européenne.

Si à ce jour, la décision des associations de protection animale de porter la plainte devant la Commission européenne n’a pas été rediscuté, nous pouvons tout de même noter que les interrogations soulevées par ces rapports ont conduit à la mise en place d’un sixième et dernier axe de travail intitulé « Protection animale en abattoir » au sein de la Stratégie française du bien-être animal 2015-2020. De plus, à la suite de la diffusion des images de l’abattoir du Vigan, la LFDA ainsi que dix autres associations de protection animale ont cette fois interpellée Manuel Valls par une lettre envoyée le 26 février 2016 demandant au Gouvernement : la création d’une commission d’enquête parlementaire, la mise en place de contrôle régulier au poste d’abattage ainsi que le renforcement des sanctions administratives et pénales. Cette lettre est téléchargeable ici.

 Il reste à espérer que cette fois le Gouvernement et ses représentants prendront les mesures et les moyens nécessaires afin de garantir aux éleveurs, aux consommateurs et aux citoyens que les animaux abattus l’ont été dans les conditions prévus par la réglementation.   

[A] JOURNAL OFFICIEL DE L’UNION EUROPÉENNE – RÈGLEMENT (CE) No 1099/2009 DU CONSEIL du 24 septembre 2009 sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort[en ligne].

[1] Le Point vétérinaire, (27/10/2015). Onze organisations de protection animale interpellent Stéphane Le Foll. 
[2] Vétitude, (26/10/2015). Abattoir : onze organisations de protection animale interpellent Stéphane Le Foll.
[3] One Voice, (02/2009). Derrière les portes des abattoirs de France.
[4] Le Monde, (13/11/2015). Réouverture “rapide” de l’abattoir d’Alès.

ACTUALITÉS