Pour une éducation à la nature

Le quotidien L’Alsace du 19 août 2008 s’appuie sur un des messages du président du Bulletin d’informations de la Fondation Ligue française des droits de l’animal, pour réclamer que chaque enfant bénéficie dès le début de sa scolarité  d’une éducation à la connaissance de la nature et des animaux.

“De l’aveu même de Nicolas Hulot, écrit Jean- Claude Nouët  dans le bulletin de janvier 2008 de la Ligue française des droits de l’animal, le  Grenelle  a été faible sur la biodiversité et l’éducation. Ce dernier point constitue une lacune majeure. Ce sujet fondamental n’était pas à l’ordre du jour, donc rien n’est proposé […] pour l’instauration d’une éducation civique à la connaissance de la nature à tous les niveaux de l’enseignement […]. Et  dans cette hypothèse, il convient de ne pas placer la charrue avant les bœufs.

Il arrive que dès l’école maternelle, on ait recours à un intervenant spécialisé qui apprend aux enfants à trier les déchets. C’est juste, mais nous ne cessons de proclamer qu’avant de se coltiner les déchets, de plus en plus nombreux, l’enfant doit pouvoir mesurer les enjeux. Nous devons lui monter par exemple la mésange bleue et la primevère, lui donner un enseignement précis de la belle biodiversité qui l’entoure, avant d l’engager dans la lutte contre la pollution multiforme. [ …] L’éducation à l’environnement ne peut constituer une matière, mais elle doit imprégner toutes les autres, ne cesse-t-on d’affirmer. Chaque enfant doit bénéficier d’au moins une classe verte, pendant sa scolarité obligatoire, affirmait-on voici quelques temps. Aujourd’hui, cette activité si bénéfique relève pratiquement d’un parcours de combattant administratif pour l’enseignant décider à se lancer. Il faut faire d’avantage”. 

ACTUALITÉS