Protéger l’animal, c’est nous sauver nous-mêmes

L’hebdomadaire Le Commercial Provence du 19 mai 2007, sous cette citation de Marguerite Yourcenar, écrivain  célèbre qui fut membre de la Ligue française des droits de l’animal présente la LFDA à l’occasion de la journée L’animal dans la ville d’Avignon.

La prestigieuse Ligue française des droits de l’animal, qui honore la ville de son soutien, a contribué à l’évolution  d’une situation archaïque et figée en faisant reconnaître l’animal comme un être sensible, dans la loi de janvier 1999. Progrès considérable en regard de l’ancien statut qui l’assimilait à un objet.

“Aujourd’hui les interventions de ses autres membres éminents qui ont su démontrer, avec intelligence, la place que doit avoir l’animal dans notre société portent leurs fruits.

Le ministre de la Justice  réfléchit sur une modification du Code civil s’alignant sur le droit rural et le droit pénal qui précisaient déjà que “tout animal est un être sensible et doit en conséquence être traité comme tel”. Sont mis à la portée du public, avec la Déclaration universelle des droits de l’animal, des publications nombreuses sur la violence et droits de l’animal, pensée et conscience chez l’animal, droits de l’animal et pensée contemporaine, publications relayées par des articles, ouvrages, réflexions  de penseurs contemporains(….)

L’être vivant qu’est l’animal est enfin positionné dans une juste dimension où la violence, la cruauté, l’extermination dont il est trop souvent la victime, apparaissent comme un insoutenable scandale (….)”

ACTUALITÉS