Appel à contribution: préserver et protéger les animaux sauvages en liberté (limite 13/09/21)

Préserver et protéger les animaux sauvages en liberté

La Fondation Droit Animal, Éthique et Sciences (LFDA) organise le 16 novembre 2021 un colloque sur le thème : “Préserver et protéger les animaux sauvages en liberté “.

Nicolas Hulot et Gilles Bœuf interviendront pour parler de biodiversité et de protection des animaux sauvages. Le colloque sera conclu par Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique.

La matinée sera consacrée au sous-thème : “Mieux préserver les animaux sauvages en tant qu’espèces”. Une première table ronde permettra de comprendre les menaces auxquelles sont exposées les espèces sauvages. Elle abordera notamment l’évaluation de l’impact des activités humaines sur la faune sauvage à l’échelle nationale et internationale, les pertes d’habitat, la pollution. La cohabitation avec les grands prédateurs sera discutée ainsi que l’impact du trafic et du braconnage. La deuxième table ronde évoquera la réconciliation avec la faune sauvage, les stratégies intergouvernementales et les efforts consentis par les entreprises et l’économie en général.

L’après-midi traitera du sous-thème : “Consacrer la protection des animaux sauvages en tant qu’individus”. La sanction de la maltraitance et de la cruauté envers les animaux sauvages en liberté sera l’objet de l’unique table ronde. Y seront traitées notamment la réglementation, actuelle ou souhaitée, pour protéger les animaux sauvages en liberté et les pratiques abusives de la chasse.

Sujet de la contribution

Afin de compléter ces sujets déjà riches, la LFDA souhaite publier un livret recueillant des articles portant sur le thème général du colloque et sur des sujets complémentaires à ceux traités lors du colloque.

Le livret sera distribué lors du colloque puis disponible à la commande en version papier et gratuitement au format numérique sur le site web de la LFDA.

Le contenu doit être vulgarisé.

Les sujets doivent complémenter ceux abordés lors du colloque et ne pas être redondants avec ceux traités récemment dans la revue trimestrielle de la fondation. Ils peuvent porter, notamment mais pas exclusivement, sur :

  • les services écosystémiques (pollinisateurs…) ;
  • les espèces considérées nuisibles ou les espèces protégées (Hamster d’Europe…), les animaux sauvages commensaux (pigeons, rats…) ;
  • le rôle des centres de soin à la faune sauvage dans la préservation de la biodiversité, la réhabilitation à la vie sauvage des animaux recueillis, l’efficacité des programmes de conservation et de réintroduction des espèces sauvages ;
  • l’interdiction de la vente des produits du braconnage (ivoire…), les trafics en lien avec la vente des nouveaux animaux de compagnie (NAC) sauvages, la capture légale d’individus sauvages pour l’approvisionnement des parcs ou pour la recherche ;
  • les directives Habitats et Oiseaux et leur rôle dans la préservation et la protection de la faune sauvage, le rôle et l’impact des parcs naturels, la réintroduction de grands prédateurs ;
  • le processus décisionnaire dans le prélèvement des grands prédateurs, la Louveterie… ;
  • la chasse en enclos ;
  • un état des lieux sur d’autres continents : Afrique, Amérique du Sud… ;
  • l’impact du dérèglement climatique sur la biodiversité, les zoonoses ;
  • etc.

Public concerné

L’appel à contribution s’adresse à toute personne justifiant, a minima, d’un diplôme de Master 2 ou équivalent, obtenu ou en cours d’obtention, dans les disciplines suivantes :

  • Droit
  • Science (écologie, éthologie…)
  • Sociologie
  • Histoire
  • Économie

Le niveau d’étude sera justifié par l’envoi du CV et/ou du lien vers une page LinkedIn. Si nécessaire, des informations complémentaires seront demandées.

Dates limites

La sélection aura lieu sur la base d’un résumé.

  1. Résumé de 250 mots maximum à envoyer à contact@fondation-droit-animal.org
    avant le lundi 13 septembre à midi
    avec les éléments justificatifs du niveau académique
  2. Sélection : réponse le vendredi 17 septembre au plus tard
  3. Article complet : 6 à 12 000 signes espaces compris
    avant le lundi 18 octobre à midi

L’article complet sera automatiquement accepté sous réserve des corrections nécessaires.

ACTUALITÉS