Compte-rendu d’activités 2016

La revue de la Fondation a totalisé 140 pages pour ses 4 numéros, dont chacun a été diffusé à 1450 exemplaires papier et 60 au format informatique.

Collecte des textes des communications du colloque “Le bien-être animal : de la science au droit” de décembre 2015, auprès de leurs auteurs.

Durant l’année 2016, la LFDA a fourni un travail particulièrement important. Elle a participé à l’organisation d’une conférence à l’Assemblée nationale et à la rédaction du « Manifeste Animal politique » suscité par deux parlementaires (Mmes Abeille et Gaillard), qui a réuni 26 organisations et qui interrogera les candidats lors des élections présidentielles et législatives sur la condition animale.

Elle a participé à plusieurs évènements, manifestations ou enseignements, notamment lors des Journées Éthique et Droit animal du Master « Éthique et Sociétés » de l’Unité d’enseignement de l’université de Strasbourg, co-dirigée par Cédric Sueur (comité scientifique de la LFDA), et Jean-Marc Neumann (ex administrateur de la LFDA) sur “La captivité des cétacés” (F. Sigronde) le 21 novembre.

Elle a participé au module d’enseignement “Bien-être animal” dans le cadre de la formation ingénieur agronome à l’Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie et des Industries Agroalimentaires à Nancy (F. Sigronde) sur la thématique “Produire, soigner, divertir : des animaux au bon vouloir de l’Homme” le 6 décembre.

La LFDA a participé à l’émission de télévision “Etat de santé – Expérience animale” sur la chaîne LCP, diffusée en janvier et rediffusée à 5 reprises.

En juin, la LFDA a été attentivement écoutée lors de l’audition devant la commission parlementaire d’enquête sur les abattoirs : le vice-président a longuement exposé les demandes de la LFDA dont le renforcement des contrôles, la refonte des formations des personnels actuellement incomplètes et inefficaces, la généralisation des “responsables Bien-être animal”.

En novembre, la LFDA a organisé la 2e remise du Prix de Droit à l’université Sorbonne-Paris II. Le Prix (3 000 €) a été décerné à Lucille Boisseau-Sowinski, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles à l’université de Limoges, pour la récompenser de ses travaux dont la mise en œuvre du diplôme universitaire en droit animalier de l’université de Brives ouvert en septembre 2016 et un projet de recherche sur l’encadrement juridique des biotechnologies animales.

Avec l’aide bénévole d’une ancienne collaboratrice du président, directrice de communication, la LFDA poursuit la mise en œuvre de son plan de communication, comprenant conception de documents nouveaux, modernisation des anciens supports, structuration des argumentaires de présentation de la Fondation, etc.

Membre de Francopa, plateforme nationale de promotions des méthodes alternatives, elle a continué à participer aux réunions du comité directeur où siègera désormais le Dr vét. Baudet (membre du comité scientifique de la LFDA) en remplacement du Pr Nouët.

Participation (S. Hild) à huit réunions du « comité d’experts bien-être animal » du CNOPSAV (Conseil national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale) au ministère de l’Agriculture, notamment pour la mise œuvre de la « stratégie bien-être animal ».

Participation (C. Sueur – suppléant de J.-C. Nouët, E. Estrangin) aux réunions de la Commission nationale de l’expérimentation animale (3 février, 24 mars, 10 septembre, 20 octobre, 26 novembre) : validations des formations réglementaires des personnels, conception d’un guide pour ces validations.

Participation à deux réunions (3 mai et 25 octobre) au ministère de l’Ecologie au sujet de la préparation d’un arrêté fixant les règles de fonctionnement des établissements détenant ou présentant au public des spécimens vivants de cétacés.

ACTUALITÉS