Le bien-être des chevaux en centres équestres

Les études portant sur le bien-être animal se multiplient. Le cheval est concerné, notamment dans le cadre de son utilisation pour l’équitation. Que savons-nous de son bien-être, des facteurs qui l’affaiblissent, des solutions qui le favorisent ?

Plan de l’article :

  1. INDICATEURS ET ÉVALUATION DU BIEN-ÊTRE DU CHEVAL
  2. LES CAUSES DE L’ALTÉRATION DU BIEN-ÊTRE
  3. AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE VIE ET DES PRATIQUES EN CENTRE ÉQUESTRE

Introduction

Les études portant sur le bien-être animal se multiplient. Depuis le Rapport Brambell en 1965, énonçant les « Five Freedoms »,[1] la définition de ce concept s’est affinée et dotée d’une certaine rigueur scientifique. La commercialisation des animaux de production a notamment amené les chercheurs à rédiger des protocoles d’évaluation du bien-être animal. L’utilisation du cheval doit s’inscrire elle aussi dans cette démarche. Selon Hemsworth et al. (2015), « l’utilisation des chevaux, en principe, ne diffère pas substantiellement de l’utilisation que fait l’humain des autres animaux pour l’alimentation, le textile, le transport et le divertissement ». En effet, le cheval n’est pas considéré comme un “animal de production”, cependant l’intensification de l’élevage équin et de la pratique de l’équitation reflète l’importance du cheval dans notre société. En ce sens, il est nécessaire de savoir reconnaître et évaluer le bien-être des chevaux.

Le projet de recherche AWIN propose un protocole d’évaluation et des indicateurs concrets, pointant les signes de mal-être équin. Basé sur le projet Welfare Quality® et ses quatre grands principes (« bonne alimentation, bon logement, bonne santé et comportement approprié »), il présente aussi de nouveaux aspects. Ces derniers visent à améliorer la faisabilité des évaluations et proposent l’utilisation d’outils électroniques pour standardiser les données recueillies, ainsi que le référencement plus large des différents centres et des conditions d’élevage. Néanmoins, si le domaine de la recherche se consacre à ces protocoles, leur application est encore peu observable en centres équestres ou chez les particuliers. C’est pourquoi cette synthèse se propose de dresser un bilan général de la situation de bien-être des chevaux d’équitation, tout en se questionnant sur de possibles solutions à apporter.

I. Indicateurs et évaluation du bien-être du cheval

« Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans  des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce. » (Loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature, Chapitre II : De la protection de l’animal. Art L214-1 du code rural).

Dans la définition du bien-être donnée par l’ANSES en 2018, il est désormais explicité « qu’une bonne santé, un niveau de production satisfaisant ou une absence de stress ne suffisent pas » [à assurer le bien-être]. Juridiquement, a minima, les besoins de l’animal et les impératifs biologiques de son espèce doivent être respectés (art. L214-1 du code rural) ; cependant l’avis des experts de l’ANSES permet de définir plus spécifiquement ce que l’on peut entendre par ces termes : il faut se soucier du ressenti de l’animal en incluant les signes d’émotion positives, tels que la recherche de satisfaction, de plaisir ou encore la motivation à réaliser certains comportements. En cela, le concept de bien-être doit se situer du point de vue de l’animal, et non de son ou sa propriétaire (la façon dont il ou elle perçoit ses actions envers l’animal, ce qui renvoi plutôt à un concept de “bientraitance“). De même, d’après un des rapports les plus récents à ce jour, certains signaux font état d’un bien-être ou mal-être seulement passager ou sont insérés dans une description vague : ainsi, ils ne peuvent constituer des sources fiables dans l’évaluation. Par contre, les indicateurs utilisés font référence à un ensemble de mesures scientifiquement établies, liées à un diagnostic objectif du cheval. Ils permettent de déceler un mal-être chronique.

I. 1. Différents types d’indicateurs

Les indicateurs peuvent être répartis en différentes catégories. Nous pouvons relever des indicateurs de santé, posturaux, physiologiques et comportementaux.

  • L’état de santé physique globale constitue la première approche d’évaluation du bien-être. Tout d’abord, il est important d’apprécier la condition corporelle du cheval, résultant de l’analyse de quantité adipeuse (note d’état corporel ou Body Condition Score en anglais). La sous-nutrition tout comme l’obésité sont des facteurs de mal-être facilement observables et quantifiables au moyen d’une échelle en 5 ou 9 points et corrélés avec le pourcentage de masse graisseuse et des analyses de sang (Lesimple, 2020). De plus, la présence de lésions sur le corps témoigne d’une atteinte à l’intégrité du cheval. Elles sont souvent dues à un harnachement de mauvaise qualité ou mal positionné. Ces lésions sont visibles aux endroits les plus exposés aux frottements : le passage de sangle (selle), de têtière (filet), le garrot, la commissure des lèvres (mors), les membres antérieurs (protections)…
  • Les différentes postures adoptées par le cheval ou certaines parties du corps constituent, elles aussi, de bons indicateurs (la posture générale d’apathie sera développée un peu plus loin comme indicateur comportementale). La mobilité des oreilles renseigne sur des états passagers mais aussi, possiblement, sur un mal-être chronique : pointées vers l’arrière, elles sont signe d’une aversion pour le contact social, de douleur ou d’une restriction des conditions de vie (par exemple, un cheval isolé en stalle). Lesimple et al. (2012) ont aussi mis en évidence que la position de l’encolure témoignait de problèmes vertébraux, et notamment que plus l’encolure était creuse et plus la déformation de la colonne était importante.
  • Une des conséquences de ces troubles est physiologique, puisque certains chevaux montrent une hypertonicité musculaire. Cependant, un simple examen visuel ne suffit pas : des palpations ou une mesure par électromyographie statique sont nécessaires. Nous savons, par ailleurs, que toute situation de stress induit chez l’animal une modification du taux d’hormones (cortisol, sérotonine, ocytocine) ou de la fréquence cardiaque. Cependant, ces mesures sont à utiliser avec précaution comme indicateur en raison de leur variation journalière ou de l’activité physique, l’interprétation équivoque de leurs causes et leurs effets, ou identifiables sur du court-terme seulement (Lesimple, 2020).
  • Les modifications comportementales sont aussi des témoins importants de l’altération du bien-être du cheval (Fureix et al., 2010). Elles s’observent tant qualitativement (variations notables du répertoire comportemental) que quantitativement (apparition de nouveaux comportements ou transformations du budget-temps du cheval, c’est-à-dire le temps consacré aux activités de repos, d’alimentation, etc.). Les comportements stéréotypiques, ou stéréotypies, sont des « comportements répétés et invariants sans but ni fonction apparents » (Mason, 1991), et sont des formes de tics exprimés notamment dans un environnement non approprié pour le cheval. Les plus connus sont les tics locomoteurs, comme le tic à l’ours[2], ou oraux, comme le tic à l’appui[3]. Cependant, il ne faut pas sous-estimer l’apparition d’autres stéréotypies, plus subtiles, tels que les mouvements de langue, autres mouvements de tête, les morsures compulsives (Lesimple, 2020)… Le cheval peut aussi montrer des symptômes pseudo-dépressifs similaires à ceux de l’humain : on retrouve de l’anhédonie ou de l’apathie chez certains chevaux (posture prostrée, retrait). Par ailleurs, le temps que l’animal passe à chacune de ses activités (le budget-temps) peut être transformé par ses conditions de vie domestique. Dans un environnement « naturel », le cheval passe environ 70 % de son temps à brouter, 20 % à se reposer ou dormir, et 10 % à observer ce qui l’entoure ou à bouger. Il a été montré que des chevaux vivant dans des conditions non appropriées passent moins de temps à se reposer, voient leurs comportements agressifs augmenter, tout comme leurs comportements locomoteurs (pas, trot, galop). Reconnaître ces signes demande une attention particulière des pratiquants et pratiquantes mais sont néanmoins des indicateurs importants du bien-être du cheval.

I. 2. L’AWIN project : quelques pistes d’évaluation

Afin d’optimiser l’application de ces différents indicateurs, l’AWIN project a proposé en 2016 un protocole d’évaluation spécifique au cheval. Préalablement, chaque structure est classée selon sa capacité d’accueil : très petite (inférieure à 4 chevaux), petite (entre 5 et 10 chevaux), moyenne (entre 11 et 30 chevaux), et grande (supérieure à 31 chevaux). Le protocole s’organise en deux niveaux d’évaluation.

  1. Le premier niveau, basé sur les principes du Welfare Quality®, consiste en 18 indicateurs reprenant ceux mentionnés précédemment. Comme expliqué en amont, la majorité des indicateurs est basée sur des mesures réalisées sur l’animal, mais certaines mesures appartiennent au domaine de la gestion par le propriétaire (telle que l’absence de soif prolongée, mesurée en observant les abreuvoirs). Cette approche basée sur l’environnement est nécessaire lorsqu’aucun critère basé sur l’animal ne permet de mesurer la donnée que l’on cherche à mesurer (ici la soif) tout en respectant les conditions de validité, faisabilité et fiabilité.
  2. Le second niveau doit être appliqué seulement dans certains cas : si l’installation ne comporte qu’un seul cheval ; s’il existe un non-respect de la législation actuelle ; et si « la proportion d’animaux au sein d’une exploitation répondant à un critère donné est inférieure à la proportion d’animaux observée pour le même critère dans le cinquième percentile des exploitations de la population de référence. » (Dalla Costa et al., 2016). Ce niveau d’évaluation reprend les dix-huit indicateurs du premier niveau, en ajoutant d’autres indicateurs spécifiques au second, comme la toux, le test de la peur, le test d’approche humaine forcée, la boiterie, les lésions au coin de la bouche et l’évaluation qualitative du comportement.

Le protocole mis en place est ajusté pour qu’il soit rapidement exécuté, i.e entre 11 et 25 minutes par cheval, en prenant en compte les possibles facteurs de variations (réactions du cheval aux tests de comportement, comme une réticence, une réaction de fuite par exemple) pour le premier niveau. Le second niveau exige de sortir les chevaux de l’écurie afin d’évaluer les altérations des téguments (peau, poils…), la boiterie, les lésions de la bouche, ou encore les articulations enflées et les signes de négligence des pieds.

In fine, la collecte des données est facilitée par l’application AWINHorse, qui stocke les informations du premier niveau et les organise visuellement par des diagrammes. Une formation adéquate est nécessaire pour savoir relever les indicateurs et appliquer correctement le protocole d’évaluation, mais l’utilisation de l’application ne demande qu’une formation minimale. Cette démarche a aussi pour but d’engager un dialogue avec les propriétaires sur les résultats de l’évaluation et les possibilités d’amélioration du bien-être de leurs chevaux.

Lire aussi Colloque: le bien-être animal, de la science au droit (2015)

II. Les causes de l’altération du bien-être

INTRODUCTION
1. INDICATEURS ET ÉVALUATION DU BIEN-ÊTRE DU CHEVAL
3. AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE VIE ET DES PRATIQUES EN CENTRE ÉQUESTRE
CONCLUSION

  Dans le contexte d’utilisation croissante du cheval de loisir ou de compétition durant ces cinquante dernières années, des structures équestres de plus en plus imposantes ont vu le jour. S’il est fastidieux de recenser les propriétaires afin d’appliquer un protocole d’évaluation du bien-être équin chez des particuliers, le centre équestre constitue un lieu propice à ces mesures. Il favorise un champ d’étude comparatif plus large et intéressant. Cependant, il s’agit aussi du lieu où les signes de mal-être sont davantage observés, puisque les conditions de vie et de travail des chevaux sont extrêmement éloignées de leur environnement naturel. Chez les particuliers, le nombre de chevaux est souvent moindre ; il paraît plus facile de leur offrir un espace de vie et une alimentation appropriée, bien que ce ne soit pas toujours le cas. C’est pourquoi nous nous attarderons ici sur les conditions de vie des chevaux en centre équestre.

II. 1. Des conditions de vie non appropriées

  Le quotidien d’un cheval, dans la majorité des centres équestres, s’articule autour d’une ou deux séances de travail journalier. Le reste de son temps est souvent passé au box (dans de meilleurs cas, en pâture), et le contact direct avec ses congénères reste réduit. L’alimentation est généralement composée de fourrages et/ou de granulés énergétiques (peu fibreux) servis à certaines heures de la journée. Selon le site de l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation, un cheval au box, avec une quantité de foin limitée et la vue des congénères sans contact physique, présente un budget-temps fortement modifié : 15 % de son temps est consacré à l’alimentation, 65 % à de l’immobilité, et 5 % pour d’autres comportements tels que la locomotion. En d’autres termes, ce même cheval passe 4 fois moins de temps à manger que s’il vivait en liberté ou semi-liberté. La question de l’alimentation paraît donc capitale, en terme de temps mais aussi de qualité : les aliments concentrés sont plus difficiles à digérer, et certaines études ont montré que ce type de ration prédisposait les chevaux à des problèmes d’ulcères gastriques. De plus, l’apparition de certaines stéréotypies ont été corrélées à la fourniture d’aliments concentrés lors du sevrage de poulains (Waters et al., 2002).

  Par ailleurs, en tant qu’animal grégaire, le cheval possède le besoin naturel d’être en contact avec des congénères. Les chevaux de loisirs sont pourtant souvent logés dans des boxes individuels pour faciliter la gestion de l’établissement. Cette situation amène davantage de modifications comportementales et physiologiques, si l’on en croit diverses études à ce sujet. Visser et al. (2012) ont observé que des chevaux seuls en stalles montraient plus de comportements liés au stress et passaient moins de temps à manger que leurs congénères en duo ; les jeunes chevaux en groupe apprennent plus vite et s’adaptent mieux à la nouveauté  que s’ils étaient seuls (Rivera et al., 2002)… Le tic à l’ours, par exemple, serait une réponse au confinement en stalle individuelle, ou la tentative frustrée du cheval de rétablir un contact social (Nicol, 1999). Les responsables et propriétaires avancent l’argument selon lequel les chevaux risquent de se blesser pendant les interactions sociales. Cependant, la recherche a démontré à de nombreuses reprises que cette situation n’était pas fréquente : elle survient parfois lorsque les ressources en espace et en nourriture sont limitées, ce qui renvoie une fois de plus à la qualité des conditions de vie des chevaux (voir Grogan & McDonnell, 2005, Lehmann et al., 2006, Jørgensen et al., 2009).

  Somme toute, ces résultats confirment un besoin essentiel d’espace : la restriction en boxes ou stalles ne permet ni une alimentation appropriée, ni le contact social, puisqu’elle est profondément éloignée des conditions de vie naturelle des chevaux. La mise en pâture semble être un des facteurs clé du bien-être du cheval, pourtant elle reste trop peu visible au sein des structures équestres. Nous pouvons aussi nous interroger sur le bien-être du cheval hors du box, c’est à dire lorsqu’il est utilisé pour travailler.

II. 2. Type de travail et pratiques préjudiciables

  Il y a moins d’un siècle, l’utilisation du cheval pour le loisir était une pratique réservée à une certaine classe sociale. Aujourd’hui, bien qu’onéreuse, la pratique de l’équitation s’est largement démocratisée : elle est devenue un sport, dans lequel des compétitions sont organisées, avec différentes disciplines. Au regard du bien-être du cheval, le type de travail qui lui est demandé peut porter de lourdes conséquences. Une étude menée par Hausberger et al. en 2009 nous renseigne sur le lien entre le type de travail et la présence de comportement stéréotypiques hors des temps de pratique. Sur les 10 chevaux de compétition observés, tous montraient des stéréotypies (léchage, morsure ou mouvements de langue). Dix-sept des 19 chevaux de saut d’obstacles avaient aussi des comportements anormaux, et des résultats similaires ont été trouvés pour les chevaux de dressage et de haute école. Ces stéréotypies sont particulièrement observées lorsque le cheval passe quotidiennement 23 h au box et seulement 1 h en exercice dehors : les comportements anormaux chroniques sont donc dus à la fois au travail et aux mauvaises conditions de vie. Il a été remarqué que les chevaux de dressage et de haute école passent plus de temps à avoir des comportements stéréotypés au box. Les chevaux de voltige étant les moins touchés, nous pouvons déduire que les principales disciplines de compétition (dressage et saut d’obstacle, cross) sont les plus préjudiciables pour le bien-être équin.

  Par ailleurs, des chercheurs ont pointé du doigts certaines pratiques, comme l’hyper-flexion pendant l’échauffement en dressage, tête vers le bas, qui contraint fortement la vision, la respiration et les mouvements de tête du cheval (McGreevy, 2004) ; ou encore le rollkur, pratique de haute école consistant à garder le museau du cheval contre son poitrail et l’encolure très courbée au moyen d’enrênements spécifiques. Des études plus récentes condamnent l’utilisation systématique du renforcement négatif : il s’agit de retirer une sensation d’inconfort au cheval, qui adopte alors le comportement désiré (par exemple, le cheval avance lorsqu’il ressent une pression des jambes du cavalier). Ce mode d’apprentissage exclusif entraîne des réactions d’anticipation accrues avant chaque nouvelle séance, notamment chez les jeunes chevaux, qui inscrivent cette méthode dans leur mémoire émotionnelle. L’inconvénient du renforcement négatif est qu’il n’offre aucune contrepartie réellement positive au cheval. Nous allons voir que ces pratiques et les causes générales de mal-être dépendent aussi des propriétaires, des enseignants et des formations reçues.

II. 3. Pratiquants et formation

  Le bien-être du cheval de loisirs ou de compétition est dépendant de la bientraitance par l’humain. Il est donc implicitement déterminé par les connaissances et les capacités de ce dernier. En effet, l’origine d’un mal-être peut être lié à une méconnaissance, un mauvais apprentissage ou une mauvaise application des théories et des pratiques, et de la méconnaissance du cheval en général. Pourtant, dans une étude menée par Visser et al. en 2012, 64,5 % des personnes ayant répondu au questionnaire affirment qu’il existe un réel mal-être dans l’industrie du cheval. Les autres statistiques nous confortent dans l’idée que les pratiquants sont plutôt soucieux du bien-être équin : 75 % pensent que le cheval préfère être en groupe que seul, et 86 % qu’il doit vivre dehors au maximum, pour ne citer que ces chiffres. Cependant, l’étude révèle que seulement 2,7 % des propriétaires logent leurs chevaux ensemble ou avec des chevaux appartenant à d’autres propriétaires. D’autres chiffres témoignent d’un manque de ressources : 13 % des personnes disent avoir du mal à trouver des réponses concernant le bien-être ou le comportement. À l’inverse, il y aurait donc 87 % des pratiquants qui auraient accès à des informations, or ces statistiques ne sont pas vraiment corrélés avec les nombreux rapports alarmant du mal-être du cheval. Ainsi, bien qu’étant conscients des enjeux pouvant compromettre la santé des chevaux, les savoirs des amateurs ou des professionnels ne résultent pas en de bonnes pratiques. Cette situation est plus courante encore lorsque les propriétaires ne sont pas affiliés ou enregistrés auprès d’une organisation équestre (Leckie, 2001).

  Les causes sont multiples, mais souvent il en ressort un manque d’éducation ou un manque de moyens financiers. D’autres propriétaires avouent ne pas chercher à s’améliorer avec les moyens à leur disposition : ils et elles estiment ne pas en avoir besoin, ne pas avoir le temps, ou ne trouvent pas cela intéressant (Hemsworth et al., 2015). D’ailleurs, des chiffres rapportés par Lesimple et al. (2013) démontrent que le mal-être des chevaux est souvent sous-estimé. Par exemple, lorsqu’on demande à un directeur de centre équestre d’évaluer les problèmes vertébraux de sa cavalerie, les 12 % estimés sont bien inférieurs aux 34 % trouvés par différents ostéopathes analysant les mêmes chevaux. De même, les stéréotypies sont évaluées à 1 à 10 % par les gérants, mais entre 22 et 97 % par les comportementalistes. S’il peut être onéreux de faire appel à des professionnels, l’accès à l’information est maintenant facilitée par les ressources numériques, la littérature, et la communauté grandissante d’amateurs de chevaux.

  Nous pouvons cependant nous interroger sur la qualité des formations dispensées : quels sont les enseignements et la stratégie pédagogique utilisés pour des débutants, possiblement futurs professionnels du cheval ? Comme l’ont très justement montré Lesimple et al. (2010), dans une étude comparant deux centres équestres, la posture des cavaliers est directement liée aux problèmes de dos des chevaux. Lorsque l’enseignant était attentif à la position du cavalier, ce dernier avait les mains plus basses, l’encolure du cheval de même, et les chevaux de ce centre souffraient globalement peu de problèmes vertébraux. A contrario, l’enseignant de l’autre centre était davantage porté sur le contrôle du cheval, le cavalier positionnait ses mains plus haut, et les chevaux de ce centre ont montré bien plus de douleurs dorsales. Il existe donc des « profils » d’enseignants et de centres, usant de stratégies pédagogiques parfois mal appropriées.

  Toutefois, malgré le tableau peu encourageant que dépeignent les études citées ici, les   décisions prises par les propriétaires de chevaux, les pratiquantes et pratiquants, ne sont pas immuables. Nous verrons qu’au-delà des restrictions compromettant le bien-être du cheval, des améliorations sont possibles : pour leurs conditions de vie, mais aussi dans la pratique de l’équitation et la relation humain-cheval.

Lire aussi Les vétérinaires face aux animaux domestiques hypertypés

III. Amélioration des conditions de vie et des pratiques en centre équestre

INTRODUCTION
1. INDICATEURS ET ÉVALUATION DU BIEN-ÊTRE DU CHEVAL
2. LES CAUSES DE L’ALTÉRATION DU BIEN-ÊTRE
CONCLUSION

  En sachant que les conditions de vie naturelles d’un cheval non domestiqué peuvent rarement être reproduites au sein des structures équestres, il est important de réfléchir au meilleur compromis au regard de leur bien-être. D’une part, des initiatives de plus en plus sophistiquées au service du cheval ont été engagées ; et d’autres part, c’est justement un retour à l’équitation « naturelle » qui est en vogue. Bien que des pistes intéressantes soient encore à approfondir, des solutions existent déjà.

III.1. Un environnement sain

  Comme suggéré précédemment, la mise en pâture serait une issue au manque d’espace des chevaux en centres équestres. Différentes études le confirment, en y ajoutant des avantages que ne permettaient pas le logement en box : une alimentation plus saine, des besoins physiologiques mieux régulés, davantage de contact social avec les congénères, et une libre expression des comportements.

  Concernant l’alimentation, le cheval est herbivore, autrement dit son estomac est conçu pour fermenter parfaitement les fibres. L’herbe verte associée à différents types de fourrages semblent constituer un bon équilibre, comme le préconisent Hemsworth et al. (2015) : un cheval au pré régule mieux ses besoins nutritifs, puisqu’il mange librement environ 16 h par jour et jeûne rarement plus de 4 h. Lorsqu’il est impossible de laisser les chevaux dehors, le régulateur de fourrages peut être une solution. Il s’agit d’un sac entièrement troué, accroché dans le box à hauteur de tête, dans lequel le cheval doit « chercher » sa nourriture. L’accès plus difficile au fourrage ralentit la prise alimentaire et augmente donc le temps global que le cheval passe à manger, comparé à une distribution classique au sol (Glunk et al., 2014). De plus, cela évite que le cheval mange la paille de son box : c’est une attitude fréquente lorsque la ration de foin est programmée à certaines heures et qu’il tente de combler cette attente.

  D’autre part, les bienfaits de la mise au pré ont été clairement identifiés lors d’une récente étude de Ruet et al. (2020). Les auteures ont évalué l’influence de cette pratique sur 31 chevaux, en se référant aux quatre indicateurs suivants : les stéréotypies, les comportements agressifs, la posture prostrée et la posture d’alerte. Des résultats très satisfaisants ont été observés pendant et après un mois et demi de mise en pâture. Aucune stéréotypie ni agressivité n’ont été relevées, les postures d’alerte ont diminué et les chercheuses ont remarqué davantage de comportements sociaux, de locomotion et d’exploration. Malgré tout, pour des chevaux vivant au box à l’année, des jours d’adaptation ont été nécessaires : les occurrences de postures prostrées ont augmenté pendant les cinq premiers jours au pré mais ont diminué à partir du vingtième jour. Il est important de mentionner qu’une fois revenus en boxes, des comportements anormaux sont réapparus en moins de trois mois. Ainsi, cette étude montre clairement qu’une courte période en pâture n’est qu’une solution provisoire à l’amélioration du bien-être du cheval. La mise au pré en permanence, avec un abri et des congénères, est effectivement une des clés pour prévenir un mal-être chronique.

  Comme d’autres soins curatifs (ostéopathie, shiatsu du cheval, etc.), une nouvelle piste de travail est explorée par les chercheurs : la thérapie par microcourants. Testée depuis quelques années sur des rats, elle est reconnue pour diminuer leur stress et réparer leurs lésions. Des microcourants de 1 à 20 microampères (à peine perceptibles) sont envoyés dans le corps de l’animal et stimulent notamment la production de proline, un acide aminé essentiel pour la fabrication de nouvelles protéines qui reforment les tissus. C’est une méthode alternative aux médicaments anti-douleurs, qui génèrent souvent des problèmes gastro-intestinaux. Les effets sur les chevaux s’avèrent plutôt positifs mais le sujet est encore trop peu étudié pour obtenir un consensus. De plus, cette méthode relève d’un procédé curatif artificiel, dont les effets secondaires n’ont pas encore été recherchés. Il est préférable de se pencher avant tout sur la nécessité d’offrir au cheval un environnement sain.

  Par ailleurs, au vu des problèmes de stress chronique et de santé physique des chevaux lors de certaines pratiques d’équitation, des solutions doivent aussi être apportées dans ce domaine. Nous allons voir que des alternatives intéressantes renforcent la relation de confiance entre l’humain et son cheval.

III.2. Travail et relation humain-cheval : des pratiques adaptées

  L’attitude d’un cheval face à l’humain est indicatrice du rapport qu’il entretient avec lui, de son état interne de stress, et par extension de son bien-être.

  Premièrement, la façon d’approcher le cheval est essentielle, même s’il s’agit simplement d’aller le chercher au pré ou de l’aborder dans son box. Une étude effectuée par Birke et al. (2011) sur 12 poneys Dartmoor analysait leur comportement en fonction de l’approche humaine, en  dix sessions. Les chercheurs ont mesuré la « flight distance », c’est-à-dire la distance à laquelle les chevaux commencent à éviter l’humain approchant. Les résultats montrent qu’au bout des dix sessions, les poneys fuient moins loin, mais aussi qu’avec une approche lente, relaxée et indirecte, sans contact visuel, la distance d’évitement était elle aussi diminuée. Nous pouvons ainsi en tirer deux constatations : d’une part, il faut être patient et d’autre part, la position du regard est un facteur déterminant dans la stratégie d’approche. Ces précautions sont à prendre a fortiori lorsque le cheval va être monté. Un cheval stressé lors d’une première approche le sera très probablement avec un humain sur le dos.

  Ensuite, si nous voulions donner une définition simple du travail demandé au cheval en équitation, elle se résumerait ainsi : il s’agit de « donner des signaux que le cheval apprend à associer à un comportement spécifique » (Baragli et al., 2015). Lorsque le cheval ne répond pas par le comportement voulu, la première réaction de la part de son cavalier ou sa cavalière est souvent de lui infliger une punition. Cependant, l’éducation du cheval se base sur les signaux que l’humain lui a donné, il est donc indispensable que celui-ci se questionne sur la qualité de sa demande : ai-je correctement appliqué ce code pour que le cheval puisse me comprendre ? Comme nous l’avons vu, l’utilisation trop fréquente du renforcement négatif ou de la punition altèrent le bien-être du cheval. Elle le condamne souvent, in fine, à une aversion pour l’humain. L’utilisation du renforcement positif, i.e l’utilisation d’une récompense au cours d’un apprentissage, est complémentaire du renforcement négatif : par exemple, le cavalier remercie le cheval lorsqu’il a correctement exécuté un exercice, par une caresse ou une friandise. Le cheval est amené à reproduire aussi efficacement l’exercice à l’avenir puisqu’il sait qu’une récompense l’attend. Selon Baragli et al., la bonne méthode consiste à utiliser les deux types de renforcements. Le renforcement négatif est profitable au cheval, mais seulement s’il est exécuté dans une bonne synchronisation avec la demande du cavalier, tandis que le renforcement positif cible mieux la « bonne » réponse comportementale. Les chercheurs ont montré que le cheval était moins stressé et davantage motivé pour les activités. Néanmoins, il existe tout un panel de méthodes d’apprentissages : celles qui sont citées ici n’en constituent qu’une petite partie mais donnent des bases utiles au regard du bien-être équin. 

  Enfin, de nouvelles perspectives d’approche du cheval se sont ouvertes en Europe ces dernières années : le Natural Horsemanship (NH), une philosophie de la relation au cheval déjà pensée aux États-Unis depuis près d’un demi-siècle par Pat Parelli. Ce type d’approche est basé sur les instincts et les modes de communication propres aux chevaux. Autrement dit, l’humain tente d’adapter son langage à celui du cheval plutôt que l’inverse, comme appris traditionnellement. Nous pourrions faire l’analogie de cette définition avec celle du bien-être, qui se veut ancrée dans le ressenti de l’animal. Si un retour à cette équitation « naturelle » est en vogue, de plus en plus d’études à ce sujet confirment les avantages du NH. Fureix et al. (2009) ont notamment montré, lors de différents tests, que des poneys Welsh avaient une approche à l’homme plus spontanée et rapide avec une technique de NH plutôt qu’avec des exercices traditionnels. Les techniques de NH comprennent des exercices comme la désensibilisation (réduire la sensibilité du cheval à un objet source de peur), des exercices en liberté sans harnachement, où l’humain communique grâce à des codes posturaux ou vocaux uniquement… Selon Rozempolska-Rucińska et al. (2013), le Natural Horsemanship Training est avant tout une manière de réduire le stress et la tension émotionnelle du cheval : de facto, cette méthode améliore le processus d’apprentissage et permet un rapport plus sain à l’humain.

Conclusion

  Cette synthèse, basée sur des travaux relativement récents, est une fenêtre permettant d’avoir une vue d’ensemble du bien-être du cheval. Aujourd’hui, ce concept doit être reconnu juridiquement et être placé au centre des préoccupations concernant les problématiques liées à l’animal. Les conditions de vies en centre équestre, tout comme certaines pratiques, soulèvent des questions importantes concernant la santé du cheval. La mise au point de protocoles d’évaluations par les chercheurs doit pouvoir servir de base à tous les propriétaires, et notamment ceux dont les chevaux sont très éloignés de leur environnement naturel. Malgré les nombreuses ressources disponibles, la formation des pratiquants et des futurs professionnels n’est pas toujours adéquate ce qui peut compromettre fortement le bien-être équin. À l’avenir, il s’agira d’enseigner plus largement un rapport respectueux du cheval, des codes posturaux intelligents, et sans doute d’adapter nos critères de performances. Bien que l’industrie générée par l’équitation semble incompatible avec un bien-être satisfaisant, peut-être pouvons-nous tenter d’améliorer les structures et institutions existantes. La mise en place de certaines méthodes, comme le Natural Horsemanship Training ou l’utilisation du renforcement positif constituent des solutions intéressantes, et d’autres demandent encore à être étudiées. Encore une fois, la notion de bien-être du cheval ne peut être comprise qu’au travers de son ressenti. Et comme le dit si justement Pat Parelli, « think like a horse » (pensez comme un cheval) : là est sans doute la clé.

Anouk Bouhamidi


[1] Les « Five Freedoms » (Cinq Libertés) énumèrent les principes fondamentaux du bien-être de l’animal au regard de sa santé physique et mentale : absence de faim ou de soif ; absence d’inconfort ; absence de douleurs, blessures ou lésions ; pouvoir exprimer les comportements naturels ; absence de peur ou de détresse. Retour

[2] Le cheval, encolure très basse et antérieurs écartés, balance sa tête de gauche à droite. Tout son poids est déporté vers l’avant. Retour

[3] Le cheval contracte son encolure et appuie fortement ses incisives sur un support, souvent que la porte de son box. Retour

ACTUALITÉS