CR: L’Europe des animaux. Utiliser le levier européen pour la cause animale (Durand & Marie, 2019)

L’Europe des animaux est paru peu de temps avant les élections européennes du 26 mai dernier, et ce n’est pas un hasard. En effet, cet ouvrage se veut une ode à l’Union européenne (UE) en tant que législateur sur la protection des animaux. Il souligne toutefois les limites et les manquements de l’UE en la matière, et fait aussi la part belle à l’échelon national.

Dernière ligne droite pour contribuer à la fin de l’élevage en cage!

Depuis le mois de septembre 2018, la Fondation Droit Animal, Éthique et Sciences communique sur l’initiative citoyenne européenne (ICE) lancée par Compassion in World Farming pour mettre fin à l’élevage en cage. Dans ce numéro – le dernier avant la fin de l’ICE en septembre prochain – nous souhaitons rappeler quelles espèces animales d’élevage autres que les lapins et les cailles sont élevées en cage dans l’Union européenne (UE), et l’importance de se mobiliser pour que cela cesse.

Le zoo du Jardin des Plantes rénové aux frais du contribuable

Le Jardin des Plantes de Paris accueille le deuxième plus vieux zoo du monde : la Ménagerie du Jardin des Plantes. Créée en 1793, la Ménagerie possède les caractéristiques d’un zoo urbain : elle est en en plein centre-ville, dans le cinquième arrondissement de Paris, et les installations sont extrêmement étroites et vétustes. Pratique pour deux heures de divertissement, mais pas de quoi faire rêver petits et grands, en somme.

L’obsolescence des parcs zoologiques

Manifestement, il y a du progrès du côté des zoos: les éléphants du Parc de la Tête d’Or, déjà absents depuis quelques années, ne seront pas remplacés. Idem pour les ours et les tigres. C’est un premier pas dans le bon sens pour ce zoo urbain, mais la fin de la captivité des animaux à des fins de divertissement est encore loin en France. Pourtant, des initiatives en ce sens sont en préparation ailleurs. En attendant, de nombreuses activités permettent d’en apprendre plus sur le monde animal et la biodiversité sans cautionner les parcs zoologiques.

Les élections européennes : étape importante pour les animaux

L’année 2019 est une année électorale : celle des élections européennes, où les citoyens européens renouvellent les eurodéputés pour les cinq prochaines années. Cette échéance électorale est importante pour les animaux car nombreuses sont les normes de l’Union européenne qui les protègent. Les ONG européennes de défense des animaux, dont la LFDA, se mobilisent pour faire en sorte que le prochain Parlement européen et la prochaine Commission européenne prennent des mesures en faveur de la condition animale.

Détention d’animaux sauvages : une nouvelle réglementation insatisfaisante

Le nouvel arrêté du 8 octobre 2018 modifie la réglementation relative à la détention d’animaux d’espèce sauvage. Une initiative qui aurait pu permettre d’améliorer le sort des animaux sauvages captifs et de renforcer la lutte contre le trafic d’espèces protégées. Cependant, la nouvelle réglementation n’améliore par la réglementation existante, voire assouplit, sur certains points, les normes en vigueur depuis 2004, au risque de favoriser le trafic illégal d’espèces sauvages protégées.

Cailles en batterie : une sombre réalité

À la grande méconnaissance du public, la coturniculture, ou l’élevage de caille, encage des animaux pour récolter leurs œufs. Les cailles élevées pour la viande ne sont pas réellement mieux loties que leurs congénères pondeuses : sur le même principe que les poulets de chair, elles sont nombreuses à être entassées au sol dans des bâtiments fermés.

ACTUALITÉS