Compte-rendu d’activités 2004

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this pageEmail this to someone

Contribution financière de la LFDA à l’édition de l’ouvrage L’animal humain – Traits et spécificités, L’Harmattan, sous la direction de Georges Chapouthier, vice- président de la LFDA.

Conception et édition du dépliant Découvrez la corrida :

  • Diffusion avec la collaboration de 15 associations;
  • Traductions en vue de la campagne européenne prévue en 2005.

Le thème de l’animal étant inscrit au programme des classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques, la LFDA a envoyé gratuitement l’un de ses ouvrages sur les droits de l’animal à tous les proviseurs des établissements concernés qui lui en ont fait la demande.

Organisation du colloque “Humanité, animalité : quelles frontières juridiques ? ” samedi 9 octobre, à l’Institut de France; cinq intervenants, juristes et professeurs de droit, ont analysé le statut juridique actuel et futur de l’animal.

Conférences d’administrateurs de la LFDA à Nice, Lyon, Montréal, Toulouse. À l’initiative de la LFDA, la loi du 9 mars 2004 (art. 50) complète l’article 521-1 du code pénal: les sévices de nature sexuelle sur les animaux sont désormais sévèrement réprimés.

Reçue par le Premier Ministre, la LFDA lui a présenté diverses demandes visant à améliorer la condition animale, dont la nécessité, dans le code civil,  de définir l’animal en tant qu’être sensible, et de mentionner le respect de son bien-être. À la suite de cette audience, Mme Suzanne Antoine, magistrate, administratrice de la LFDA, a été chargée par le ministre de la justice d’élaborer un “régime juridique cohérent de l’animal”.

Le site internet de la Conférence épiscopale de France ayant publié des articles en faveur de la corrida, la LFDA a protesté auprès des cent évêques de France et demandé leur avis sur la position de l’Église catholique quant à la corrida.

La Constitution européenne, adoptée à Rome en novembre, a inclus un article sur le bien-être animal; depuis deux ans, la LFDA était intervenue au plus haut niveau à ce sujet.

Renvoi par le Pr Nouët, président de la LFDA, de son « mérite agricole » au ministre de l’agriculture Hervé Gaymard, qui avait promis de remettre cette décoration au premier qui abattrait un loup en France.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this pageEmail this to someone

ACTUALITÉS