Le chacal doré: un nouveau grand prédateur en France

Des photographies prises en Haute-Savoie il y a quelques années nous apprenaient que l’expansion du chacal doré l’avait mené jusque sur le territoire français. Des photographies prises dans les Deux-Sèvres fin 2020 laissent supposer que l’animal est bien présent en métropole, mais que sait-on de ce grand prédateur, si discret ?

© Tontantravel

Qui est-il ?

Comptant une douzaine de sous-espèces en 2016, le chacal doré, ou Canis aureus (Linnaeus 1758), est un canidé principalement réparti en Europe de l’Est et en Asie. Son expansion géographique a commencé il y a plus de 20 000 ans à partir de l’Inde. Son statut de préservation est classé en « préoccupation mineure » par l’UICN.

Doté d’une morphologie intermédiaire entre le loup, le renard et le coyote, dont il est phylogénétiquement proche, le chacal doré est un animal de taille moyenne : entre 45 et 50 cm de hauteur au garrot pour un poids d’une quinzaine de kilos, des oreilles courtes et arrondies et une queue courte et dense. Son pelage, aux dominantes dorées, a d’ailleurs inspiré son nom[1].

En raison de son régime alimentaire carnivore généraliste capable de s’adapter en fonction du milieu et de sa grande tolérance aux variations environnementales, le chacal doré peut vivre dans une grande variété d’habitats, allant de plus de 2000 mètres d’altitude, à des régions semi-arides, forêts ou même mangroves, tout en rendant de nombreux services écosystémiques, comme le nettoyage de carcasses par exemple (permettant d’éviter la propagation de maladies). C’est une espèce territoriale, dont la composition sociale est le plus souvent formée d’un couple reproducteur, des petits de l’année, et éventuellement des petits de l’année précédente. Les observations menées par D.W. Macdonald (1979) font même état de groupes pouvant atteindre une dizaine d’individus.

L’expansion du chacal doré

Ricklefs et Miller ont défini la dispersion comme le « mouvement des organismes les éloignant de leur lieu de naissance ou du centre de densité de la population »[2]. Celle-ci est fortement conditionnée par les capacités d’adaptation et de déplacement de l’organisme considéré. En effet, ce phénomène de dispersion répond à des contraintes et pressions engendrées par d’autres espèces présentes dans le réseau écologique, à savoir, notamment, la présence de prédateurs, la compétition interspécifique (voire intraspécifique), la présence de partenaires sexuels, l’abondance de nourriture, ainsi que les conditions abiotiques du nouvel habitat, comme la température. Ces phénomènes impactent profondément le fonctionnement des écosystèmes, et doivent être étudiés.

Historiquement, l’aire de répartition du chacal doré est particulièrement vaste, allant de l’Asie jusqu’en Europe du Sud-Est. L’espèce se dirige, depuis quelques années maintenant, vers le centre de l’Europe. Des études ont ainsi permis de démontrer, grâce des captures vidéo et des photos, que le chacal doré entreprenait une expansion rapide à travers l’Europe de l’Est, et les preuves, capturées en Hongrie, montraient déjà que des individus tendaient à se reproduire vers le Sud-Est et le centre de l’Europe. Depuis 1980, le chacal doré semble se déplacer progressivement en Europe occidentale via les Balkans.

La carte ci-dessous représente une supposition de l’aire de répartition européenne de l’espèce en 2018, dessinée grâce à l’observation d’individus.

Source ONCFS

Arrivée du chacal doré en France

Après son arrivée en Europe de l’Est, puis en Italie et en Suisse il y maintenant quelques années, c’est en France, dans les Deux-Sèvres, que le chacal doré a été observé il y a quelques mois. En effet, des captures photographiques prises en décembre 2020 suppose la présence du chacal doré sur le territoire français. Cette espèce étant parfois difficile à distinguer physiquement du loup, plus d’analyses seront nécessaires pour affirmer qu’il s’agit bien d’un spécimen de chacal doré.

Lire aussi : L’étude du comportement du loup est nécessaire à la coexistence des activités pastorales et du canidé

Il ne s’agit pas, dans les faits, de la première apparition de l’espèce sur le territoire français : des individus solitaires avaient déjà été repérés en Haute-Savoie en 2017, 2018 et 2019. Par ailleurs, la population reproductrice (connue depuis les années 1980) se situe au nord-est de l’Italie, à 400 kilomètres de la frontière française. Cette apparition n’aurait alors rien d’étonnant, et correspondrait à la dynamique migratoire de l’espèce[3].

La Commission européenne concluait en 2016 que les données moléculaires récoltées permettaient de démontrer que le chacal doré était arrivé dans les pays européens naturellement, et ne devait pas, à ce titre, être considéré comme une espèce « introduite » par l’Homme. Inscrite sur l’annexe III de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) depuis 1989, et à l’annexe V de la Directive Habitat-Faune-Flore 92/43/CEE de l’Union européenne, l’espèce bénéficie donc d’un régime juridique, mais n’est pas considéré comme strictement protégée. Il est demandé aux États membres de veiller à maintenir la population de chacal doré sur leur territoire à un seuil de conservation viable. En l’état, l’espèce n’est pas inscrite sur la liste des espèces chassables en France.

Lire aussi : Jusqu’à 21% de la population de loups pourra être détruite chaque année en France

Reste à voir si une population reproductrice s’installera durablement en métropole, ou s’il ne s’agit que d’individus solitaires de passage. Il est cependant certain que le changement climatique, la fragmentation des habitats et les perturbations d’origines anthropiques sont amenés à contraindre de nombreuses espèces à chercher de nouveaux habitats où s’établir. Il s’agit maintenant de savoir si l’humain est prêt à leur laisser un peu de place…

Julia Gavarrino


[1] Andru, J. N. Ranc., M. Guinot-Ghestem., Le chacal doré fait son chemin vers la France. (2018). 7. ONCFS, Unité prédateurs – animaux déprédateurs, Harvard University. N°320 (pdf)
[2] Définition tirée du livre de Ricklefs, R.E. and Miller, G.L. (2000) Ecology. 4th Edition, W.H. Freeman, New York.
[3] Andru, J. N. Ranc., M. Guinot-Ghestem., Le chacal doré fait son chemin vers la France. (2018). 7. ONCFS, Unité prédateurs – animaux déprédateurs, Harvard University. N°320 (pdf)
Andru, J. N. Ranc., (2018) M. Guinot-Ghestem., Statut, Biologie, Ecologie et Gestion d’une espèce de canidés en rapide expansion en Europe : Le chacal dore, Canis aureus (Linnaeus 1758. Le chacal doré en Europe – ONCFS – NT/2017/DRE/UPAD/06.


Warning: Undefined array key « thumbnail_overlay_hover_opacity » in /home/fondatioua/www/wp-content/plugins/so-widgets-bundle/widgets/post-carousel/post-carousel.php on line 324

Warning: Undefined array key « carousel_settings » in /home/fondatioua/www/wp-content/plugins/so-widgets-bundle/base/inc/widgets/base-carousel.class.php on line 439

Warning: Trying to access array offset on value of type null in /home/fondatioua/www/wp-content/plugins/so-widgets-bundle/base/inc/widgets/base-carousel.class.php on line 439

Warning: Undefined array key « thumbnail_overlay_hover_opacity » in /home/fondatioua/www/wp-content/plugins/so-widgets-bundle/widgets/post-carousel/post-carousel.php on line 324

ACTUALITÉS